Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/191

Cette page a été validée par deux contributeurs.
158
PEER GYNT

ANITRA

Donne-moi la bague que tu as au doigt.


PEER GYNT

Prends donc toutes ces babioles, chère Anitra !


ANITRA

Tes paroles sont des chants joyeux !


PEER GYNT

Quelle ivresse que de se savoir aimé ainsi ! Je veux descendre ! Je veux tenir, comme un esclave, la bride du cheval que tu montes !

(Il lui donne sa cravache et descend de cheval.)

Tu vois, ma rose, ma fleur charmante : je marche dans le sable, dans la poussière, jusqu’à ce qu’un coup de soleil m’étende à tes pieds. Je suis jeune, Anitra, sache-le bien ! Il ne faut pas trop peser mes faits et gestes. Les jeux et les farces sont des traits de jeunesse. Et si ton esprit était moins épais, tu te dirais, ô mon laurier rose, que ton amant est jeune puisqu’il fait des folies.


ANITRA

Oui, tu es jeune. As-tu encore des bagues ?


PEER GYNT

N’est-ce pas ? Tiens ! tu vois : je saute comme un bouc ! Si j’avais du pampre sous la main, je