Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/182

Cette page a été validée par deux contributeurs.
149
ACTE IV

PEER GYNT

C’est mon affaire. Je ferai ton éducation. Pas d’âme ? Assurément tu es ce qui s’appelle une brute ; je l’ai remarqué avec peine. Mais, bast ! il y a toujours en toi assez de place pour une âme. Viens ici, que je te mesure le crâne. Mais oui, il y a assez de place. Je le savais d’avance. Tu n’arriveras jamais bien loin. Je ne te promets pas une âme très profonde. Mais qu’est-ce que ça fait ? Tu en auras toujours assez pour ton usage personnel.


ANITRA

Le Prophète est bon.


PEER GYNT

Tu hésites ? Parle !


ANITRA

C’est que j’aimerais mieux…


PEER GYNT

Allons, dis tout, sans crainte !


ANITRA

Je ne me soucie pas trop d’avoir une âme. Donne-moi plutôt…


PEER GYNT

Quoi ?


ANITRA (indiquant son turban)

Cette belle opale !