Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/166

Cette page a été validée par deux contributeurs.
133
ACTE IV

de ne pas vous accompagner. (La main sur sa poche.) J’ai de l’or et je suis moi-même, Sir Peter Gynt.
(Il ouvre son parasol et entre dans le bois, où l’on voit des hamacs suspendus.)


TROMPETERSTRAHLE

Quel cochon !


BALLON

Faut-il manquer d’honneur…


COTTON

Passe encore pour l’honneur. Mais songez un peu à ce que nous gagnerions si le pays s’affranchissait !


BALLON

Je me voyais déjà couronné de lauriers par de belles femmes grecques !


TROMPETERSTRAHLE

Je me voyais, de mes mains suédoises, ramassant les grands éperons du héros !


EBERKOPF

Moi, je voyais, régnant sur des terres et des mers lointaines, la culture de ma grande patrie !


COTTON

Et le positif donc ! C’est encore là la plus dure des pertes. Goddam ! J’en pleurerais pour un peu ! Je me voyais propriétaire de l’Olympe, dont les flancs, s’il faut en croire la tradition, recèlent des mines