Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/151

Cette page a été validée par deux contributeurs.
118
PEER GYNT

le demande, comment s’y adonnerait-il, s’il se laisse charger comme un chameau de l’heur et du malheur d’autrui ?


EBERKOPF

Je jurerais bien que cette fuite en vous-même, cette concentration de votre moi, ne s’est pas faite sans luttes.


PEER GYNT

C’est vrai. J’ai eu, dans le temps, des combats à soutenir. Mais j’en suis sorti avec honneur. Une fois cependant, je l’ai échappé belle. J’étais un garçon déluré, de bonne mine. Mon cœur fut pris par une dame de sang royal.


BALLON

De sang royal !


PEER GYNT (dédaigneusement)

Oui, vous savez bien, elle était de cette catégorie de…


TROMPETERSTRAHLE (avec un coup de poing sur la table)

… d’infâmes aristocrates !


PEER GYNT (haussant les épaules)

De grandeurs déchues qui mettent leur orgueil à émonder leur arbre généalogique de toute pousse plébéienne.