Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/140

Cette page a été validée par deux contributeurs.
107
ACTE III

AASE

De ta faute ? Non, non. C’est cette maudite boisson qui a fait tout le mal ! Tu étais gris, mon pauvre gars. Tu ne savais pas ce que tu faisais. Et, avant ça, ta course à bouquetin t’avait déjà troublé la tête !


PEER GYNT

C’est bien. Laisse-là cette histoire et toutes les autres. À plus tard les choses pénibles. (S’asseyant au pied du lit.) Maintenant, mère, causons de n’importe quoi, sans nous agiter, ni nous faire de mauvais sang. Tiens, le vieux chat ! Toujours à son poste ?


AASE

Il fait tant de train, la nuit ! Tu sais ce que ça présage !


PEER GYNT (détournant l’entretien)

Qu’y a-t-il de nouveau dans la commune ?


AASE (souriant)

On parle d’une fillette qui soupire vers la montagne.


PEER GYNT (l’interrompant vivement)

Et Mades Moen ? s’est-il calmé ?


AASE (continuant)

Ses parents ont beau pleurer, elle ne les écoute