Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/137

Cette page a été validée par deux contributeurs.
104
PEER GYNT

toutes à l’oubli. (Il fait quelques pas du côté de la hutte et s’arrête.) La rejoindre après ce qui s’est passé ? couvert de boue et de honte ? Rentrer suivi d’une nuée de trolls ? Parler sans tout dire ? Se confesser sans tout avouer ?… (Jetant sa cognée.) C’est veillée de fête ce soir. Je commettrais un péché en allant la trouver souillé comme je suis.


SOLVEIG (apparaissant dans la porte)

Viens-tu ?


PEER GYNT (à demi voix)

Faisons le tour !


SOLVEIG

Que dis-tu ?


PEER GYNT

Attends-moi. Il fait sombre, et j’ai un lourd fardeau à porter.


SOLVEIG

Je vais t’aider. Nous le porterons à deux.


PEER GYNT

Non, c’est impossible. Reste où tu es.


SOLVEIG

Tu ne seras pas longtemps absent ?


PEER GYNT

Je l’ignore. Patience, enfant. Il faut m’attendre en tout cas.