Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
PEER GYNT

LE VIEUX DE DOVRE

C’est bien, prince Peer. Cela te regarde. N’empêche que ce qui est fait est fait et que ton rejeton va grandir comme un vrai bâtard qu’il sera. Tu sais que les bâtards grandissent vite.


PEER GYNT

Allons, vieillard, ne sois pas bête comme un âne. Et vous, Mademoiselle, montrez-vous raisonnable ! Arrangeons-nous à l’amiable. Sachez, d’abord, que je ne suis ni riche, ni prince. De quelque côté qu’on me regarde, je vous assure que je ne vaux pas cher.

(La femme en vert s’évanouit et est emportée par des filles de trolls.)


LE VIEUX DE DOVRE (le regarde un moment avec un profond mépris et dit enfin)

Allons, mes enfants ! jetez-le contre la paroi du rocher, afin qu’il s’y écrase.


PETITS TROLLS

Père, laisse-nous d’abord jouer avec lui au loup et au mouton, au chat et à la souris, à la grenouille et au héron !


LE VIEUX DE DOVRE

Oui, mais faites vite. Je suis de mauvaise humeur, et j’ai sommeil. Bonsoir ! (Il s’en va.)