Page:Ibsen - Peer Gynt, trad. Prozor, 1899.djvu/110

Cette page a été validée par deux contributeurs.
77
ACTE II

LE VIEUX DE DOVRE

Ces humains ! Toujours les mêmes ! L’âme, vous n’avez que cela à la bouche. Mais, en réalité, il n’existe rien, pour vous, que ce qui est tangible. Ah ! tu comptes le désir pour rien ! Eh bien ! tu verras tout à l’heure ce qui en est.


PEER GYNT

Va, va ! tu ne m’en feras pas accroire.


LA FEMME EN VERT

Ah ! mon chéri ! tu seras père avant l’année révolue.


PEER GYNT

Ouvrez-moi. Je veux m’en aller.


LE VIEUX DE DOVRE

On t’enverra l’enfant dans une peau de bouc.


PEER GYNT (s’essuyant le front)

Tout ça, c’est un mauvais rêve. Si je pouvais m’éveiller !


LE VIEUX DE DOVRE

Faut-il l’adresser au château royal ?


PEER GYNT

Envoie-le plutôt à l’asile !