Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/61

Cette page n’a pas encore été corrigée


En présence du sort et du doute, il est seul,
L’homme tremble ; elles sont toutes deux le linceul ;
Et, soufflant les flambeaux, le guet-apens infâme
Que l’une fait au ciel, l’autre le fait à l’âme.</