Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/37

Cette page n’a pas encore été corrigée


lentement ;
Chaque âme de tyran, misérable, est leur antre ;
Agrippine au flanc nu criant : Frappe le ventre !
Ninus, Sémiramis, Achab et Jézabel,
Molay jetant sa cendre à Philippe le Bel,
Agnès la réprouvée et l’excommuniée,
Berthe par la tenaille ardente maniée,
Stuart sans tête, Albrecht sans langue, et Médicis,
Avec la Messaline et l’Alexandre Six,
Rôdent lugubrement le long de cette rampe ;
Lady Macbeth y cache avec ses doigts sa lampe ;
Maude y tâte le corps de son père encor chaud ;
Un effrayant cheval y traîne Brunehaut
Et lui fait rebondir la tête à chaque marche ;
Et Cyrus, Josué, le sanglant patriarche,
Alaric, massacrant les peuples à genoux,
Passent en vous disant : Règne, et fais comme nous.
Chaque forfait vous parle et dit : Suis mon exemple.
On est dans un sépulcre, on se croit dans un temple.
Chaque marche, ô terreur ! vivante sous vos pas,
Vous pousse affreusement vers la marche d’en bas :
― Descends, Charles ! descends, Frédéric ! descends, Pierre !