Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/26

Cette page n’a pas encore été corrigée


Chaque vice à son tour met sur son front le sceau ;
Il fait de la puissance un effort inutile ;
Il a sous lui son siècle en travail qu’il mutile ;
Il tient le sceptre ainsi qu’un aveugle un bâton ;
De toutes les grandeurs redoutable avorton,
Être sans nom, qui, frêle et misérable en somme,
Fait de cendre et promis aux vers, n’est plus un homme,
Ayant un idéal immonde pour milieu,
Échoué dans le monstre à mi-chemin du dieu.