Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/136

Cette page n’a pas encore été corrigée


J’ai remué dix fois les os de Josaphat ;
J’ai tâché, les heurtant, d’en tirer l’étincelle ;
J’ai compulsé l’antique archive universelle ;
Et l’énigme semblait toujours s’approfondir ;
Et c’était le zénith et c’était le nadir ;
Et les aspects changeaient de l’étoile au cloaque ;
Du juge Samuel j’allais au juge Éaque ;
J’ai comparé les deuils, confronté, discuté,
J’ai du dilemme humain touché l’extrémité ;
La tâche était ardue, et mon âpre logique
Marchait, et de tout boire avait la soif tragique ;
Quel accablement d’être à ceci parvenu
Qu’entre l’enfant vêtu de pourpre et l’enfant nu,
Entre les fiers palais dont tonne l’embrasure,
Dont le seuil triomphal rayonne, et la masure,
Entre l’ilote grec et le césar romain,
Entre le mendiant, fantôme du chemin,
Larve obscure, et le roi que la foule célèbre,
On ne sait qui choisir pour pleurer ! ― Nuit funèbre !