Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - La pitié suprême, 1879.djvu/117

Cette page n’a pas encore été corrigée



Je vous le dis, les cœurs tendres sont les cœurs grands ;
Il est temps qu’on se mette à plaindre les tyrans.
La justice trop juste est sœur de la vengeance.
Pardonnons. Jetons, même aux démons, l’indulgence ;
Oui, l’aumône, elle aussi, doit avoir sa grandeur.
N’imprimons le fer chaud sur aucune laideur ;
De nos compassions n’exceptons aucun homme ;
L’homme juste n’est pas de clémence économe, ;
Un monstre est un infirme, et l’infirme a des droits.
L’ignorant, quel qu’il soit, qu’il marche au coin d’un bois,
L’envie au cœur, pieds nus, en haillons, triste rustre,
Ou qu’il ait là couronne en tête, brute illustre,
N’est rien qu’un pauvre aveugle, abject, perdu, tenté ;
Oui, l’homme se défait où manque la clarté ;