Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome VI.djvu/382

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GLAPIEU.

L’homme qui s'est jeté à l’eau.

Montrant Edgar Marc.

c’est lui. L’homme qui l’a tiré de l’eau, c’est moi. Le troisième, celui qui a donné l’argent…


M. DE PONTRESME.

Eh bien ?


GLAPIEU.

Je m’en tiens à ce que j’ai dit. C’était un bon garçon.


M. DE PONTRESME.

Mais cet argent, trouvé par vous dans la rivière, comme vous dites, vous avez déclaré l’avoir trouvé dans la rue. Il y a là des obscurités. Vous avez menti, à votre préjudice. Vous avez fait cette imposture, pourquoi ? Pour vous dépouiller. Et pour vous dépouiller au profit de qui ? Vous pauvre , au profit d’un riche. Cet argent, qui est à vous, que vous avez gagné, et bien gagné, certes, vous qui ne mangez pas tous les jours, vous vêtu de guenilles, vous rôdeur misérable de la rue, vous sans pain, sans toit, sans asile, cet argent, vous le donnez à un homme quinze fois millionnaire !


GLAPIEU.

Vous savez, on a comme ça des idées.


M. DE PONTRESME.

Expliquez-vous. Dites tout. Quelle était votre intention ?


GLAPIEU.

Je voulais entrer dans la maison.


M. DE PONTRESME.

Pourquoi faire ?


GLAPIEU.

Pour faire ce qui a été fait.


M. DE PONTRESME.

Que voulez-vous dire ? Cette nuit, le coffre-fort a été brisé par cet homme.