Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome VI.djvu/380

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DE PONTRESME.

Pourquoi ? parce que sa délicatesse vous était prouvée. Et pour cela vous escaladez la maison, vous brisez une vitre, vous enfoncez une fenêtre !


GLAPIEU, à part.

Il aura ses quinze ans.


M. DE PONTRESME.

La cour d’assises appréciera.


EDGAR MARC.

Oh ! je ne me laisserai pas déshonorer ainsi. Oh ! les infâmes apparences ! Je prends le ciel à témoin. Ce n’est pas moi le coupable !


M. DE PONTRESME.

C’est vous.


EDGAR MARC.

Ô abîme ! Être innocent, et être perdu !

II aperçoit Cyprienne. Cri de désespoir.

Cyprienne !


CYPRIENNE.

Edgar !

Elle court à lui. Rousseline la retient.

GLAPIEU.

Edgar ! C’est Edgar ! Il s’appelle Edgar ? C’est lui qui est Edgar ?


CYPRIENNE.

Mon Edgar !


GLAPIEU.

Pardon. Une minute. Une toute petite minute. Ceci change la question. C’est Edgar.

Il avance au milieu du théâtre, et regarde tout le monde en face.

Y a-t-il quelqu’un ici qui connaisse le Tripot Sauvage ?