Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome VI.djvu/374

Cette page n’a pas encore été corrigée


352 MILLE FRANCS DE RECOMPENSE.

GLAPIEU, bas, au baron de Puencarral.

Vous VOUS appelez André, si par hasard vous vous appelez aussi Cypricn, voici qui pourra vous intéresser.

Le baron de Puencarral prend machinalement le papier. Son attention est absorbée par Etiennette sur laquelle ses yeux sont fixés. LE BARON DE PUENCARRAL, à part.

C’est singulier. Cette femme... — Qu’est-ce que j’ai donc ? ROUSSELINE, en aparté, au baron de Puencarral. En sortant d’ici, je vais à la mairie faire publier les bans. Je considère le mariage comme conclu. Vous ne pouvez vous figurer la misère de ce pauvre professeur Zucchimo. Mais j’ai le cœur épanoui en songeant que toute cette famille va être heureuse.

GLAPIEU, à part.

BJiumpf !

LE BARON DE PUENCARRAL, sans regarder le papier qu’il tient. A Etiennette.

Madame est la femme du professeur Zucchimo ? Etiennette, les yeux toujours baissés. Non, monsieur. Je suis sa fille.

le baron de puencarral, à part.

Ce son de voix... — Vous êtes veuve, madame .f* Etiennette, de plus en plus tremblante. Non, monsieur. Je ne suis pas veuve. Monsieur, je ne veux pas mentir. Tout est sérieux quand il s’agit de mariage, et je dois la vérité sur ma situation. Monsieur, il y a des accablements. Les femmes ne sont pas toujours heureuses. Pourtant je ne me plains pas de lui. Il m’aimait. Nous étions jeunes. Je suis sûre qu’il m’aurait épousée. Le malheur est que nous avons été séparés. La conscription, voyez-vous. Mais il m’aimait. Rien n’est de sa faute. Je suis à plaindre, monsieur. Les personnes comme vous, placées si haut, ne peuvent avoir l’idée des choses qui se passent. Et puis on change de nom, on se cache, quand il y a de la honte sur les femmes, les familles se dérobent comme elles peuvent. Vous ne comprenez rien à ce