Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome VI.djvu/264

Cette page n’a pas encore été corrigée


242 MILLE FRANCS -DE RECOMPENSE. être. Un beau dessus de panier est nécessaire. La poudre qu’il faut jeter aux yeux des hommes, c’est de la poudre d’or. Le major le comprit. Il loua et meubla, à un quatrième étage, il est vrai, mais dans une très belle maison, un appartement de bonne mine, antichambre, salon, et catera, ayant sur le derrière une chambre un peu mansardée, mais point faite pour le public. Les leçons vinrent, puis décrurent, puis tarirent. Le major est d’une mauvaise santé. Il sort des mines. On n’a pas été impunément dix-huit ans sous terre. Les dépenses grossirent, les recettes diminuèrent, les dettes frappèrent à la porte. Le major tomba malade. J’abrège. Aujourd’hui tout est fini. Ce matin, environ quatre mille francs à payer. Sinon, dans une heure, vente des meubles. ÉTIENNETTE. Situation extrême, en effet. Ce n’est pas tout. Ce n’est pas tout ? Non. Qu’y a-t-il donc encore } ROUSSELINE. Aujourd’hui saisie pour quatre mille francs. Après-demain... ÉTIENNETTE. Après-demain . ? ROUSSELINE. Échéance d une traite de vingt-cinq mille francs signée Zucchimo. ÉTIENNETTE. Vingt-cinq mille francs ! ROUSSELINE. Vingt-cinq mille francs. ÉTIENNETTE. Mais c’est un coup de foudre ! Vingt-cinq mille francs ! Ah mon Dieu ! ROUSSELINE. ÉTIENNETTE. ROUSSELINE. ETIENNETTE.