Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome V.djvu/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Du splendide océan il fait un marécage.
Il dédaigne amour, foi, gloire ; il tourne le dos
À l’aube, du matin ouvrant les bleus rideaux,
À Lise qui s’habille au bord de la gouttière,
Et tire son bas blanc et met sa jarretière,
Aux poëtes chantant dans l’ombre à demi-voix.
Il fuirait, s’il voyait par hasard dans un bois
Danser, la gorge au vent, les nymphes de Sicile.
Morne, il aspire, ouvrant une bouche imbécile,
Le froid, la brume aveugle, et le spleen, lourd brouillard
Où l’on entre jeune homme et d’où l’on sort vieillard.
Avec son cœur, vaine urne, il puise au puits du vide.
Il nourrit, chaque jour plus triste et plus livide.
Son âme de nuit sombre et de néant, au lieu
De l’abreuver d’aurore et de l’emplir de Dieu.


TITUTI, montrant le réchaud plein de charbon dans la cheminée.

Tire-moi ce réchaud au milieu de la chambre.

L’homme obéit. Tituti reprend.

Ferme-moi ce verrou.

L’homme obéit. Tituti reprend.

Ferme-moi ce verrou. Tu parles comme un membre
De la société de tempérance. — As-tu
Une allumette ?

L’homme frappe avec une de ses clefs le réchaud de fer.
Une étincelle jaillit. Le charbon prend feu. Tituti reprend :

Une allumette ? Bien. C’est cela.

La flamme bleue du charbon monte vers le plafond. Tituti va à la fenêtre, la ferme, puis revient, s’assied sur une chaise près du réchaud, et continue :

Une allumette ? Bien. C’est cela. La vertu,
La justice, idéal du rêveur démocrate,
Le grand qu’aimait Brutus, le grand qu’aimait Socrate,
Le dévouement qui fait qu’on vit content de peu,
L’honneur, la foi, ce sont les grains de plomb que Dieu
Met dans l’homme ici-bas pour que ce grelot sonne.
L’enthousiasme abat. Le galop désarçonne.
En tombant du zénith de son illusion,
L’homme se fait à l’âme une contusion.
Cette contusion s’appelle expérience.
La vie, est-ce une dette, ou bien une créance ?