Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome V.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VII


TITUTI.

Ô Suicide, viens ! je t’appelle !

Entre un homme en cheveux gris. Tablier de cuir. Bras nus.
Un trousseau de clefs à sa ceinture.

TITUTI, se retournant.

Ô Suicide, viens ! je t’appelle ! Qu’es-tu,
Bonhomme dont l’œil brille ainsi qu’une chandelle ?
Je n’ai pas entendu ton pas dans mon échelle
Que le moindre aquilon remue et fait trembler.


L’HOMME.

Je suis le serrurier que tu viens d’appeler.


TITUTI.

D’appeler ?


L’HOMME.

D’appeler ? Pour ouvrir une porte.


TITUTI.

D’appeler ? Pour ouvrir une porte. Une porte ?


L’HOMME.

La porte faite d’ombre où va la feuille morte ;
La porte aux gonds muets qu’on n’ouvre qu’une fois.


TITUTI.

Ah ! je comprends. — Bien.


L’HOMME.

Ah ! je comprends. — Bien. J’ouvre aux forçats, j’ouvre aux rois.
J’arrache du sillon la plante parasite.
J’ouvre à qui veut.