Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome IV.djvu/99

Cette page n’a pas encore été corrigée




Dans une mine d'or. On obtient des puissants

Permission de vivre à force de présents.

Pour échapper au maître, au juge qui vous triche,

Au prince, au prêtre, il faut qu'un pauvre homme soit riche.

Les rois sont mendiants. Il faut les supplier

Les mains pleines.

Au rabbin.

Reprends le petit escalier. Va-t'en, juif.

Car le roi me suit de près.


Le Grand Rabbin


J'implore

Vos bontés, monseigneur, puisqu'il est temps encore.

Sauvez le peuple juif.


Le Marquis


Le péril est urgent!

Le congédiant.

Va.


Le Grand Rabbin


Je compte sur vous.


Le Marquis


Compte sur ton argent.


Le Grand Rabbin


Nous sera-t-il permis de venir tout à l'heure,

Toute la pauvre foule au désespoir qui pleure,

Nous jeter aux genoux de la reine et du roi?


Le Marquis


Oui. Soit. -Mais pour l'instant, va-t'en.


Le Grand Rabbin


O jour d'effroi!

Si le roi ne nous aide, on va, dans cette ville,

Brûler cent veillards juifs, ici même, à Séville;

Et le reste du peuple, hélas! sera chassé.


Le Marquis