Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome IV.djvu/54

Cette page n’a pas encore été corrigée


rd se perdit

Te tente, et que, d'après ton rêve ou ton principe,

L'enfer dans le bûcher s'éteint et se dissipe;

De sorte que la flamme envoie au ciel les morts,

Et que, pour sauver l'âme, il faut brûler le corps.


Le Moine


C'est la vérité.


L'Evêque


Moine, une erreur te fascine.

Le mal, cet arbre triste, a l'erreur pour racine.


Le Moine


L'âme hait le contact du corps, vil compagnon.

Brûler, c'est épurer.


L'Evêque


Doctrine affreuse.


Le Moine


Non.


L'Evêque


Fausse.


Le Moine


Vraie. Et j'entends y conformer mes actes.


L'Evêque


Vipère!


Le Moine


J'y crois. Oui!


L'Evêque


Si tu ne te rétractes, Prends garde!

Je t'enjoins, moi, de t'en repentir

Et de n'y plus croire.

{{Personnage|Le