Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome IV.djvu/114

Cette page n’a pas encore été corrigée


oi|c}}

 Je vais à Triana.

Je veux à mon retour Trouver l'infante...


Le Marquis


Au parc secret.


Le Roi


Là, je suis maître.


Le Marquis


 Mais la clef?

Le Roi va à la crédence, et en ouvre un tiroir.


Le Roi


J'en ai deux, car moi seul j'y pénètre,

Il tire du meuble deux clefs, et en remet une au marquis. Et je t'en confie une.

Il remet l'autre clef dans le tiroir qu'il repousse. Gucho, derrière le dos tourné du roi, se glisse en rampant sous le meuble, rouvre le tiroir, et prend la clef que le roi vient d'y mettre.


Gucho


, à part.

Et l'autre, je la prends.

Il referme le tiroir et fourre la clef dans sa poche.


Le Roi


Ah! les moines sont forts!

Ah! les prêtres sont grands!

Ah! Torquemada règne!

On verra.


La voix d'un huissier


, du dehors, annonçant.

Son altesse La reine notre dame.

Entre la reine, tout en jais noir, la tiare royale sur la tête. Elle fait une profonde révérence au roi qui lui fait un profond salut, sans ôter son chapeau. La reine va à l'un des fauteuils qui sont à l'extrémité de la table, et s'y assied, puis y demeure immobile, et comme ne voyant et n'entendant rien. Le roi et la reine ont l'un et l'autre le rosaire à la ceinture.


Le Roi