Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/77

Cette page n’a pas encore été corrigée


frère, Édouard VI, t’a donné un hanap d’or ciselé. C’est mon tour maintenant. Je ne t’ai encore rien donné, moi. Il faut que je te fasse un présent. Approche. (Montrant Fabiani.) Tu vois bien cette tête, cette jeune et charmante tête, cette tête qui, ce matin encore, était ce que j’avais de plus beau, de plus cher et de plus précieux au monde, eh bien ! Cette tête, tu la vois bien, dis ? Je te la donne !