Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/579

Cette page n’a pas encore été corrigée


Quelle explication veux-tu? Sans m'y soustraire,
Parle, je répondrai !
Une femme voilée, vêtue de noir, une lampe à la main, apparaît au fond du théâtre. Elle sort de derrière le pilier de gauche.



Scène II


Job, Guanhumara.

Guanhumara, voilée.
Qu'as-tu fait de ton frère ?

Job, avec terreur.
Qu'est-ce que cette femme ?

Guanhumara.
Une esclave la-haut,
Mais une reine ici. Comte, à chacun son lot.
Tu sais, ce burg est double, et ses tours colossales
Ont plus d'une caverne au-dessous de leurs salles.
Tout ce que le soleil éclaire est sous ta loi ;
Tout ce que remplit l'ombre, ô burgrave, est à moi!
Elle marche lentement à lui.
Je te tiens, tu ne peux m'échapper.

Job.
Qu'es-tu, femme ?

Guanhumara.
Je vais te raconter une action infâme.
C'était... — voilà longtemps ! beaucoup depuis sont morts.
Ceux qui comptent cent ans avaient trente ans alors.
Elle montre un coin du caveau.
Deux amants étaient là. Regarde cette chambre.
C'était, comme à présent, une nuit de septembre.
Un froid rayon de lune, entrant au bouge obscur,
Découpait un linceul sur la blancheur du mur.
Elle se retourne et lui montre le mur éclairé par la lune.
Comme là. — Tout à coup, l'épée à la main.

Job.