Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/32

Cette page n’a pas encore été corrigée


Joshua, au fond du théâtre.

Oh ! Que la providence est grande ! Elle donne à chacun son jouet, la poupée à l’enfant, l’enfant à


L’homme

,


L’homme

à la femme, et la femme au diable !

Il sort.


JOURNEE 1 SCENE 3

Gilbert, Jane.


Gilbert

Il faut que je vous quitte aussi. Adieu, Jane, dormez bien.


Jane

Vous ne rentrez pas ce soir avec moi, Gilbert ?


Gilbert

Je ne puis. Vous savez, je vous l’ai déjà dit, Jane, j’ai un travail à terminer à mon atelier cette nuit. Un manche de poignard à ciseler pour je ne sais quel Lord Clanbrassil, que je n’ai jamais vu, et qui me l’a fait demander pour demain matin.


Jane

Alors, bonsoir, Gilbert à demain.


Gilbert

Non, Jane, encore un instant. Ah ! Mon dieu ! Que j’ai de peine à me séparer de vous, fût-ce pour quelques heures ! Qu’il est bien vrai que vous êtes ma vie et ma joie ! Il faut pourtant que j’aille travailler, nous sommes si pauvres ! Je ne veux pas entrer, car je resterais, et cependant je ne puis partir, homme faible que je suis ! Tenez, asseyons-nous quelques minutes à la porte, sur ce banc ; il me semble qu’il me sera moins difficile de m’en aller que si j’entrais dans la maison, et surtout dans votre chambre. Donnez-moi votre main. (Il s’assied et lui prend les deux mains dans les siennes, elle debout.) Jane ! M’aimes-tu ?


Jane

Oh ! Je vous dois tout, Gilbert ! Je le sais, quoique vous me l’ayez caché longtemps. Toute petite, presque au berceau, j’ai été abandonnée par mes parents, vous m’avez prise. Depuis seize ans, votre bras a travaillé pour moi comme celui d’un père, vos yeux ont veillé sur moi comme ceux d’une mère. Qu’est-ce que je serais sans vous, mon dieu ! Tout ce que j’ai, vous me l’avez donné, tout ce que je suis, vous l’avez fait.


Gilbert

Jane ! M’aimes-tu ?


Jane