Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/31

Cette page n’a pas encore été corrigée


Pardieu ! à force d’entendre causer les prisonniers d’état.


Simon Renard

paraît au fond du théâtre. — vois-tu, Gilbert,


L’homme

qui sait le mieux l’histoire de ce temps-ci, c’est le guichetier de la tour de Londres.


Simon Renard

, qui a entendu les dernières paroles, du

fond du théâtre. Vous vous trompez, mon maître, c’est le bourreau.

Joshua, bas à Jane et à Gilbert. Reculons-nous un peu.

(


Simon Renard

s’éloigne lentement, Quand Simon

Renard a disparu.)

C’est précisément maître


Simon Renard

.


Gilbert

Tous ces gens qui rôdent autour de ma maison me déplaisent.


Joshua

Que diable vient-il faire par ici ? Il faut que je m’en retourne vite ; je crois qu’il me prépare de la besogne. Adieu, Gilbert. Adieu, belle Jane. Je vous ai pourtant vue pas plus haute que cela !


Gilbert

Adieu, Joshua. Mais, dis moi, qu’est-ce que tu caches donc là, sous ton manteau ?


Joshua

Ah ! J’ai mon complot aussi, moi.


Gilbert

Quel complot ?


Joshua

Oh ! Amoureux qui oubliez tout ! Je viens de vous rappeler que c’était après demain le jour des étrennes et des cadeaux.

Les seigneurs complotent une surprise à Fabiani, moi, je complote de mon côté.


La Reine

va se donner peut-être un favori tout neuf.

Moi, je vais donner une poupée à mon enfant.(Il tire une poupée de dessous son manteau.) Toute neuve aussi. Nous verrons lequel des deux aura le plus vite brisé son joujou. Dieu vous garde, mes amis !


Gilbert

Au revoir, Joshua.

(Joshua s’éloigne. Gilbert prend la main de Jane, et la baise avec passion.)