Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/307

Cette page n’a pas encore été corrigée



Le jour passe ;
Ivre ou non,
Il embrasse
Sa Toinon,
Et, farouche,
Il se couche
Sur la bouche
D’un canon.

Et son âme,
Qui souvent
D’une femme
Va rêvant,
Est contente
Quand la tente
Palpitante
Tremble au vent.


CHŒUR


Sois propice et salutaire,
Notre-Dame de Saint-Lô,
Au soudard qui sur la terre
N’a de haine que pour l’eau !

[Entre Claude Frollo, qui va s’asseoir à une table éloignée de celle où est Phoebus De Chateaupers, et paraît d’abord étranger à ce qui se passe autour de lui]


LE VICOMTE DE GIF

[à Phoebus De Chateaupers]

Cette égyptienne si belle,
Qu’en fais-tu donc, décidément ?

[Mouvement d’attention de Claude Frollo]


PHŒBUS DE CHATEAUPERS


Ce soir, dans une heure, avec elle,
J’ai rendez-vous.


TOUS


Vraiment ?


PHŒBUS DE CHATEAUPERS


Vraiment !

[L’agitation deClaude Frollo redouble]


VICOMTE DE GIF


Dans une heure ?
{{Personnage|PHŒBUS DE CHATEAUP