Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/287

Cette page n’a pas encore été corrigée



J’attend.
Que je l’obtienne ou que je meure !


CLOPIN


Puis-je vous servir ?


CLAUDE FROLLO


Non.

[Il fait signe à Clopin de s’éloigner, après lui avoir jeté sa bourse. Resté seul avec Quasimodo, il l’amène sur le devant du théâtre]

Viens, j’ai besoin de toi.


QUASIMODO


C’est bien.


CLAUDE FROLLO


Pour une chose impie, affreuse, extrême.


QUASIMODO


Vous êtes mon seigneur.


CLAUDE FROLLO


Les fers, la mort, la loi,
Nous bravons tout.


QUASIMODO


Comptez sur moi.


CLAUDE FROLLO

[impétueusement.]

J’enlève la fille bohème !


QUASIMODO


Maître, prenez mon sang--sans me dire pourquoi.

[Sur un signe de Claude Frollo, il se retire vers le fond du théâtre et laisse son maître sur le devant de la scène.]


CLAUDE FROLLO


0 ciel ! avoir donné ma pensée aux abîmes,
Avoir de la magie essayé tous les crimes,.