Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome IX.djvu/265

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


étaient républicains. Les murmures de voix confuses cessèrent, on écouta, le crieur lut :

— « ... En vertu des ordres à nous donnés et des pouvoirs à nous délégués par le comité de salut public… »

Il y eut un deuxième roulement de tambour. Le crieur poursuivit :

— « ... Et en exécution du décret de la Convention nationale qui met hors la loi les rebelles pris les armes à la main, et qui frappe de la peine capitale quiconque leur donnera asile ou les fera évader… »

Un paysan demanda bas à son voisin :

— Qu’est-ce que c’est que ça, la peine capitale ?

Le voisin répondit :

— Je ne sais pas.

Le crieur agita le placard :

— « … Vu l’article 17 de la loi du 30 avril qui donne tout pouvoir aux délégués et aux subdélégués contre les rebelles,

« Sont mis hors la loi… » Il fit une pause et reprit :

— « ... Les individus désignés sous les noms et surnoms qui suivent… »

Tout l’attroupement prêta l’oreille.

La voix du crieur devint tonnante. Il dit :

— « ... Lantenac, brigand. »

— C’est monseigneur, murmura un paysan.

Et l’on entendit dans la foule ce chuchotement : C’est monseigneur.

Le crieur reprit :

— « ... Lantenac, ci-devant marquis , brigand. — L’Imânûs, brigand… » Deux paysans se regardèrent de côté.

— C’est Gouge-le-Bruant.

— Oui, c’est Brise-Bleu.

Le crieur continuait de lire la liste :

— « Grand-Francœur, brigand… »

Le rassemblement murmura :

— C’est un prêtre.

— Oui, monsieur l’abbé Turmeau.

— Oui, quelque part, du côté du bois de la Chapelle, il est curé.

— Et brigand, dit un homme à bonnet.

Le crieur lut :

— « ... Boisnouveau, brigand. — Les deux frères Pique-en-Bois, brigands. — Houzard, brigand... »

— C’est monsieur de Quélen, dit un paysan.

— « Panier, brigand… »