Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/520