Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/323

Cette page n’a pas encore été corrigée


Qui flottez dans un rêve, et n’avez hors des songes
Que les douleurs ;

En présence des maux, des crimes et des fautes,
Des longs combats,
Des hontes, des orgueils, de tant de têtes hautes
Et de cœurs bas ;

France, tant qu’il faudra qu’une lueur éclaire
L’affreux récif,
Je resterai fidèle à la sombre colère,
Au deuil pensif ;

Je dirai sans relâche et redirai sans trêve
La vérité ;
Je serai dans l’écume obscure de la grève
Une clarté ;

Je serai ce fantôme, un juge ; et ma voix triste
Sera l’écho
De ce clairon farouche à qui rien ne résiste
Dans Jéricho ;

Je ne quitterai point, grande France trahie,
Mon tribunal !
Avant que je me taise, ô tragique Isaïe,
Ô Juvénal,

Ô Dante, Ézéchiel à l’œil visionnaire,
Fier d’Aubigné,
On verra dans les cieux s’arrêter le tonnerre,
Époumoné.

2 décembre.