Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/100

Cette page n’a pas encore été corrigée



 
Paris, le grand Paris agonise. Je pense
Qu’à l’heure où tant de sang à grands flots se dépense,
Avant de dire : un homme a fui, c’est un gueusard !
Avant de mettre au banc des peuples au hasard
Tous ces vaincus, traqués comme des loups dans l’ombre,
On doit attendre ; on doit peser le lieu, le nombre,
Le temps, l’événement, la fièvre, l’attentat.
Je le dis à messieurs les bonshommes d’état,
Car, fût-on grand au point de s’appeler Cornesse,
Pour qu’on voie et qu’on juge, il faut que le jour naisse,
Et, même eût-on l’honneur d’être Anethan, il sied
D’épargner au lion mourant le coup de pied.
Je dis cela. J’ai tort. C’est évident.

                                                   Bruxelle
Est une grande ville et dans son sein recèle
Des talents variés sur tous les instruments,
Des virtuoses fins, spirituels, charmants,
D’où coule l’harmonie ainsi qu’un flot de l’urne,
Et ces musiciens m’ont offert un nocturne.
L’exploit fera la place illustre désormais.
Ce fut exquis. On prit l’heure où je m’endormais ;
Et chaque faune avait amené sa bacchante.
J’étais sans armes, seul ; ils n’étaient que cinquante ;
Et même on n’est pas sûr qu’ils fussent tous armés.
Ils ont livré bataille à mes volets fermés,
M’ont jeté des hoquets et m’ont lancé des pierres.
De mes petits-enfants je baisais les paupières,
Pour qu’ils eussent moins peur de ce fracas joyeux ;
C’était un ouragan de cailloux furieux.
Les coups au mur après les cris : à la lanterne !
Grondaient, comme la flûte avec le fifre alterne.