Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Histoire, tome I.djvu/59

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’occasion des jours saints, – pour enfoncer un clou sacré dans le mur du temple de Jupiter, – une fois, pour nommer le sénat. Rome république porta quatre-vingt-huit dictateurs. Cette institution intermittente dura cent cinquante-trois ans, de l’an 552 de Rome à l’an 711. Elle commença par Servilius Geminus et arriva à César en passant par Sylla. A César elle expira. La dictature était faite pour être répudiée par Cincinnatus et épousée par César. César fut cinq fois dictateur en cinq ans, de 706 à 711. Cette magistrature était dangereuse ; elle finit par dévorer la liberté. M. Bonaparte est-il un dictateur ? nous ne voyons pas d’inconvénient à répondre oui. Prætor maximus, général en chef ? le drapeau le salue. Magister populi, maître du peuple ? demandez aux canons braqués sur les places publiques. Pro numine observatum, tenu pour dieu ? demandez à M. Troplong. Il a nommé le sénat ; il a institué des jours fériés ; il a pourvu au « salut de la société » ; il a enfoncé un clou sacré dans le mur du Panthéon et il a accroché à ce clou son coup d’État. Seulement il fait et défait la loi à sa fantaisie, il monte à cheval sans permission, et quant aux six mois, il prend un peu plus de temps. César avait pris cinq ans, il prend le double ; c’est juste. Jules César cinq, M. Louis Bonaparte dix, la proportion est gardée. Du dictateur passons au despote. C’est l’autre qualification presque acceptée par M. Bonaparte. Parlons un peu la langue du bas-empire. Elle sied au sujet. Le Despotès venait après le Basileus. Il était, entre autres attributs, général de l’infanterie et de la cavalerie, magister utriusque exercitus. Ce fut l’empereur Alexis, surnommé l’Ange, qui créa la dignité de despotès. Le despotès était moins que l’empereur et au-dessus du Sebastocrator ou Auguste et du César. On voit que c’est aussi un peu cela. M. Bonaparte est despotès en admettant, ce qui est facile, que Magnan soit César et que Maupas soit Auguste. Despote, dictateur, c’est admis. Tout ce grand éclat, tout ce triomphant pouvoir, n’empêchent pas qu’il ne se passe dans Paris de petits incidents comme celui-ci, que d’honnêtes badauds, témoins du fait, vous racontent tout rêveurs : deux hommes cheminent dans la rue, ils causent de leurs affaires, de leur négoce. L’un d’eux parle de je ne sais quel fripon dont il croit avoir à se plaindre. « C’est un malheureux, dit-il, c’est un escroc, c’est un gueux. » Un agent de police entend ces derniers mots : Monsieur, dit-il, vous parlez du président ; je vous arrête. Maintenant, M. Bonaparte sera-t-il ou ne sera-t-il pas empereur ? Belle question ! Il est maître, il est cadi, mufti, bey, dey, soudan, grand-khan, grand-lama, grand-mogol, grand-dragon, cousin du soleil, commandeur des croyants, schah, czar, sophi et calife. Paris n’est plus Paris, c’est Bagdad, avec un Giafar qui s’appelle Persigny et une Schéhérazade qui risque d’avoir le