Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Histoire, tome I.djvu/220

Cette page n’a pas encore été corrigée


2o8 RELIQUAT DE N APOLEON-LE-PETIT.

le drapeau : Ordre, et cette pensée dans le cœur : Compression. — Ce sont ces quatre minorités groupées en majorité, ayant pour toute concorde un lien de haine. t|ui ont crié plus tard et à tout propos à la coalition ! (Tactique de ces mmorites. Leurs actes.)

Le parti orléaniste avait pour chef un homme triomphalement traîne à la postérité, M. Thiers, orateur eminent.

Le parti légitimiste avait pour chet M. Berryer (le caractériser). (Indiquer. . . La Rochejaquelein, légitimiste-démocrate, gentilhomme-citoyen). — Tout cela se décomposait et se desagrégeait, signe de mort prochaine. Vers la fin, il y avait sur le parti légitimiste une excroissance maladive, le parti fusionniste. (Le caractériser. Assez bien. Illusions.) Le parti fusionniste avait pour chef dans l’Assemblée un homme médiocre, M. Mole, et pour chef hors de l’Assemblée un homme supérieur, M. Guizot. Le parti catholique avait pour chef M. de Montalembert. Falloux — Riancey — Veuillot, le Marat de ce terrorisme à la fois blanc et noir. Enfin le parti bonapartiste, qui était le néant, avait pour chef personne. Chose étrange et qui fait réfléchir sur la puissance des nuls, c’est le néant qui a dévore le reste.

(Peut-être ne pas caractériser durement les hommes, les nommer seulement.) Page 14. [ Mais cela ne sera pas ; on se réveillera’"'.] ^’ous vous étonnez de ce calme profond du peuple. Vous en rendez-vous compte.’ Vous marchez dessus, vous le louiez aux pieds. Il ne bouge pas. Vous le croyez mort.

Non.

Mais il est las.

Un peuple est long à digérer une révolution. Un peuple qui a dévoré une monarchie, est un boa qui a dévoré un tigre. La chose faite, il dort.

Mais prenez garde, il se reveillera.

Page 47. [Maintenant M. Bonaparte sera-t-il ou ne sera-t-il pas empereur.’ | 1 8j2. — Avril.

Louis Bonaparte se fera-t-il empereur.’ Oui. Tout de suite P Non. Il est à peine assis, il n’est encore sûr de rien. Il voit de l’ombre sous ses pieds. Passer de ce fauteuil à ce trône ! Il y a peut-être un trou entre les deux. Il hésite, il tâtonne. Homme d’audace et de peur.

’ En tête de chaque fr.igment ou note duisons, entre crochets, les premières hgncs a^’.int trait a un passage publiiî, nous rcpro- Je ce passage, avec l’indication de la page.