Ouvrir le menu principal

Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Histoire, tome I.djvu/148

Cette page n’a pas encore été corrigée


janvier, en lettres d’or de trois pieds de haut, sur le portail de Notre-Dame.

J’admire ce chiffre. Savez-vous pourquoi ? Parce que je le trouve humble. 7,500,000 ! Pourquoi 7,500,000 ? C’est peu. Personne ne refusait à M. Bonaparte la bonne mesure. Après ce qu’il avait fait le 2 décembre, il avait droit à mieux que cela. Vraiment, qui l’eût chicané ? Qui l’empêchait de mettre huit millions, dix millions, un chiffre rond ? Quant à moi, j’ai été trompé dans mes espérances. Je comptais sur l’unanimité. Coup d’État, vous êtes modeste.

Quoi ! on a fait tout ce que nous venons de rappeler ou de raconter, on a prêté un serment et l’on s’est parjuré ; on était le gardien d’une Constitution et on l’a détruite ; on était le serviteur d’une République et on l’a trahie ; on était l’agent d’une Assemblée souveraine et on l’a violemment brisée ; on a fait de la consigne militaire un poignard pour tuer l’honneur militaire, on s’est servi du drapeau de la France pour essuyer de la boue et de la honte ; on a mis les poucettes aux généraux d’Afrique, on a fait voyager les représentants du peuple dans les voitures cellulaires, on a empli Mazas, Vincennes, le mont Valérien et Sainte-Pélagie d’hommes inviolables ; on a arquebusé à bout portant sur la barricade du droit le législateur revêtu de cette écharpe, signe sacré et vénérable de la loi ; on a donné à tel colonel que nous pourrions nommer cent mille francs pour fouler aux pieds le devoir, et à chaque soldat dix francs par jour ; on a dépensé en quatre journées quarante mille francs d’eau-de-vie par brigade ; on a couvert de l’or de la Banque le tapis franc de l’Elysée, et on a dit aux amis : prenez ! on a tué M. Adde chez lui, M. Belval chez lui, M. Debaecque chez lui, M. Labilte chez lui, M. de Couvercelle chez lui, M. Monpelas chez lui, M. Thirion de Montauban chez lui ; on a massacré sur les boulevards et ailleurs, fusillé on ne sait où on ne sait qui, commis force meurtres dont on a la modestie de n’avouer que cent quatre-vingt-onze ; quoi ! on a changé les fossés des arbres du boulevard en cuvettes pleines de sang, on a répandu le sang de l’enfant avec le sang de la mère, et mêlé à tout cela le vin de Champagne des gendarmes, on a fait toutes ces choses, on s’est donné toutes ces peines, et quand on demande à la nation : êtes-vous contente ? on n’obtient que sept millions cinq cent mille oui ! – Vraiment, ce n’est pas payé.

Dévouez-vous donc à « sauver une société » ! O ingratitude des peuples ! En vérité, deux millions cinq cent mille bouches ont répondu non ! Qui est-ce qui disait donc que les sauvages de la mer du Sud appelaient les Français les oui-oui ? Parlons sérieusement. Car l’ironie pèse dans ces matières tragiques.