Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au même[1].


29 juin.

Vous avez vu probablement par le Siècle que j’ai souscrit 100 fr. pour les inondés. J’ajoute pour mes fils 10 fr. Avec quelques souscriptions recueillies autour de moi cela fait 135 fr. Seriez-vous assez bon pour envoyer ces 135 fr. au Siècle de ma part et pour joindre cette avance à ce que je vous dois déjà. Je crains que tout cela ne vous gêne un peu, et j’espère être en mesure de vous rembourser le tout par Pelvey dans la première quinzaine de juillet.

Il paraît que les journaux de l’empire m’insultent. C’est simple et c’est bon. Si vous voulez savoir l’écho que cela fait hors de France, je vous envoie quelques extraits de journaux pris au hasard. — Il y a aussi dans un journal orléaniste un petit fait curieux. Lisez-le. Ce monsieur a bien fait d’empêcher l’autre de venir. Il faut, pour passer ma porte, être pur comme le diamant ou comme Paul Meurice.

Je suis inexprimablement à vous[2].


Au même[3].


8 juillet.

Croiriez-vous que je ne sais pas l’adresse de Paul Foucher ? Seriez-vous assez bon pour lui faire passer le plus tôt possible le petit billet ci-inclus ? — et l’autre à Mme Bouclier (dont j’ignore aussi l’adresse) — et qui vous enverra 60 fr. (lisez ce billet) que vous prendrez en défalcation de ma petite dette pendant que je les distribuerai ici à nos souffrants. — Voudrez-vous bien dire à M. Ernest Doré qu’il peut mettre en musique et publier (pour trois ans) la Prière pour tous. Si sa musique vaut la peinture (c’en est) de son frère, elle est fort belle.

Tout ce que vous me dites des rages bonapartistes est divertissant. Le Barbey a eu de l’écho au dehors, on l’a fort rudement secoué dans les journaux belges. Je vous en ai envoyé quelques échantillons (lettre du 29 juin. L’avez-vous reçue ?

Remerciez, je vous prie, pour moi M. Eyma. Il a noblement agi, et j’ai de son nom un fort excellent souvenir. Certes, j’ai écrit à Mme G. Sand. Très beaux, très nobles, très grands articles. — M. Houssiaux a raison quant au mot complément. Je chercherai un autre titre et je le lui enverrai.

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.