Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/385

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Edgar Quinet.


29 Xbre.

Cher Quinet, je sens près de mon cœur votre grande âme. Je saigne, vous rayonnez sur ma blessure[1]. Mon bien-aimé fils vous aimait. Je baise les mains de votre noble femme. Je suis accablé, mais vous savez que j’ai foi. Je crois à l’immortel moi de l’homme comme à l’éternel moi de Dieu. Donc nous nous reverrons tous, et je retrouverai mes bien-aimés.

À vous ex imo.
V.[2]


À Paul Meurice[3].


30 décembre.

Cher ami, vous ne me désapprouverez pas. Je maintiens, page 230, au nom de la république[4] parce qu’ici la formule rigoureusement légale doit céder le pas à la pensée de Cimourdain. Le peuple français existait avant la république, et c’est pour la république que Cimourdain tue Gauvain. Il voit l’idée, la république, il ne voit plus le fait, la France. C’est ce qui le fait Brutus — pire ou plus grand.

À vous.
V.[5]


Au même[6].


H.-H., dimanche [1873].

D’après vos indications, je tire sur vous, avec votre permission, neuf mille francs à vue, par l’intermédiaire de MM. Heat and Co, les banquiers de Londres. Je tirerai sur vous pour le surplus, un peu plus tard, si ce petit délai ne vous dérange pas. — Le bon de 7 000 fr. pourra vous être présenté à partir du 14 mai. — Vous avez admirablement mené dans le Peuple souverain et dans le Rappel la campagne électorale. — Je pense que

  1. François-Victor venait de mourir le 26 décembre 1873.
  2. Actes et Paroles. Depuis l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.
  3. Inédite.
  4. Troisième chapitre du dernier livre de Quatrevingt-treize.
  5. Bibliothèque Nationale.
  6. Inédite.