Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/299

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À même.


Vendredi, 18. Vianden [août 1871].

Cher ami, nous comptons partir mardi 22 pour Mondorf. Vous pouvez toujours m’écrire ici ; les lettres me suivront, et dès que nous serons à Mondorf, je vous écrirai. Je profiterai de Mondorf pour mon éventualité de sciatique. — Voici, sous ce pli, les en-tête des quatre premières pièces du recueil. Cela doit être sobre, bref, précis, concis. Mais je ne puis aller plus loin sans avoir les pièces sous les yeux. Serait-il possible de m’envoyer les épreuves en placards ? Vous déciderez[1].

J’ai reçu une lettre de la pauvre et honnête Mlle Montauban. Vous avez été bon pour elle. Si Blum réussit, recommandez-la lui. Je la lui recommanderai aussi. Mais vous êtes plus puissant que moi ; c’est tout simple, vous êtes meilleur. Ces dames embrassent tendrement madame Meurice. Mettez-moi à ses pieds.

Tuus.

V.


Au même.


Diekirch, 23 août.

Complication. Le gouvernement belge se décide, sous la pression de l’opinion, à faire semblant d’informer sur le guet-apens nocturne du 27 mai. Je suis ici pour déposer devant le juge d’instruction de Luxembourg, délégué par commission rogatoire du parquet bruxellois. J’ai fait précéder ma déposition d’une déclaration que vous lirez dans les journaux[2].

Je suis absolument de votre avis quant aux vers à insérer. Attendez quelques jours, je vous enverrai une pièce plus immédiatement passionnante que À qui la faute ? et un peu moins personnelle (et surtout sans noms à retrancher) que Expulsé de Belgique. Je crois que ce sera mieux.

Cher doux ami, je serai samedi soir à Mondorf, ou du moins à Afflize-près-Mondorf (sorte de faubourg). Hôtel de Paris. Vous pourrez m’écrire là. Que je voudrais vous y avoir comme à Vianden ! Tous ces dérangements me gênent beaucoup, mais je vous enverrai prochainement la suite et la fin du recueil Actes et Paroles. — Quant à des titres pour les divisions, j’hésite un peu, et je vous soumets mon hésitation. N’y a-t-il pas inconvénient à côtoyer le pittoresque ? il faut que le livre ait l’aspect sévère d’un document. Des chiffres. — Quelques titres çà et là, — comme Paris, — puis

  1. Actes et Paroles. Depuis l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.
  2. Fin de l’incident belge. Note 4. Actes et Paroles. Depuis l’exil.