Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quez tous ! Vous manquez à mon cœur, vous manquez à ma conscience, vous manquez à mon esprit. Jamais je n’ai eu plus besoin de vous qu’en ce moment où je ne vous ai plus. Je ne sais si cette lettre vous parviendra. Le caprice prussien est impossible à prévoir aussi bien qu’à limiter. Enfin, nous voilà ici. Rude voyage. Victor vous a écrit et vous l’a conté. Arrivés ici le 14 à deux heures, pas de logis, tous les hôtels pleins ; à dix heures du soir nous ne savions pas encore où nous coucherions. Enfin nous sommes sous des toits, et même chez des hôtes sympathiques.

Une chambre coûte 300 francs par mois.

Maintenant, de vous à moi, la situation est épouvantable. L’Assemblée est une Chambre introuvable ; nous y sommes dans la proportion de 50 contre 700, c’est 1815 combiné avec 1851 (hélas ! les mêmes chiffres un peu intervertis), ils ont débuté par refuser d’entendre Garibaldi qui s’en est allé. Nous pensons, Louis Blanc, Schœlcher et moi, que nous finirons, nous aussi, par là. Il n’y aura peut-être de ressource, devant les affreux coups de majorité imminents, qu’une démission en masse de la gauche, motivée. Cela resterait dans le flanc de l’Assemblée et la blesserait peut-être à mort. Nous avons réunion de la gauche tous les soirs. Nous faisons, Louis Blanc et moi, d’énormes efforts pour grouper la gauche. Beaucoup d’entente et une forte discipline nous permettront peut-être de lutter. Mais obtiendrons-nous cette entente ? Pas un journal pour nous. Nous sommes en l’air. Aucun point d’appui. Le Rappel publié ici rendrait d’immenses services. Un de vous devrait venir. Pour juger cette situation, il faut la voir. De loin, vous ne vous en doutez pas.

Que je suis loin de ces charmants jours de votre hospitalité[1] ! J’avais des bombes au-dessus de la tête, mais j’étais près de votre cœur. Toutes nos mains pressent la vôtre. Mettez mes plus tendres respects et ma reconnaissance sans bornes aux pieds de madame Meurice. Mon adresse est : 37, rue de la Course.

19 février.

J’ajoute quelques lignes en hâte. Vous savez que le peuple de Bordeaux m’a fait le lendemain de mon arrivée une ovation magnifique. Cinquante mille hommes dans la Grande-Place ont crié : Vive Victor Hugo. Le lendemain, l’Assemblée a fait garder militairement la Grande-Place par de l’infanterie, de la cavalerie et de l’artillerie. Comme j’avais crié : Vive la République, et que le peuple avait multiplié ce cri par cinquante mille bouches,

  1. Victor Hugo, pendant toute la durée du siège de Paris, avait logé chez Paul Meurice.