Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À François-Victor[1].


27 mai.

Mon Victor, non, je n’ai rien reçu, et je commence à être très inquiet de ton envoi, il devrait être arrivé depuis longtemps. Il faudrait t’informer aux messageries Beinbrecht, et écrire à Hudig et Pieters, les commissionnaires de Rotterdam. Es-tu sûr d’avoir bien mis sur la caisse d’emballage l’adresse et les indications utiles ? Il importe de s’occuper de cela au plus vite, car le retard embrouillerait encore ce que la chose a d’obscur, et la perte du colis pourrait s’ensuivre. On finirait par ne plus pouvoir le retrouver. Donc, mon bien-aimé enfant, ne perds pas de temps. Auguste m’avait écrit en effet qu’il avait un peu cassé ton second article, mais va, les morceaux en étaient très bons.

Voici mon remercîment à M. Odilon Delimol, charge-toi de le lui faire parvenir. Le Rappel, au lieu de citer les choses équivoques de M. G. F., ferait bien mieux de citer le dernier paragraphe de M. Delimol. Dis-le leur. — Dis à notre cher Rochefort que j’inocule ici à tout le monde une fièvre que j’appelle la candidature Rochefort.

Et je t’embrasse étroitement, cher enfant[2].


À Alphonse Karr.


Hauteville-House, 30 mai 1869.
Mon cher Alphonse Karr,

Cette lettre n’aura que la publicité que vous voudrez. Quant à moi, je n’en demande pas. Je ne me justifie jamais. C’est un renseignement de mon amitié à la vôtre. Rien de plus.

On me communique une page de vous, charmante du reste, où vous me montrez comme très assidu à l’Élysée jadis. Laissez-moi vous dire, en toute cordialité, que c’est une erreur. Je suis allé à l’Élysée en tout quatre fois. Je pourrais citer les dates. À partir du désaveu de la lettre à Edgar Ney, je n’y ai plus mis les pieds.

En 1848, je n’étais que libéral ; c’est en 1849 que je suis devenu républicain. La vérité m’est apparue, vaincue. Après le 13 juin, quand j’ai vu la République à terre, son droit m’a frappé et touché d’autant plus qu’elle était agonisante. C’est alors que je suis allé à elle, je me suis rangé du côté du plus faible.

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.