Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trouve[1]. — L’étrangère, l’innocent qui serait peut-être devenu un monstre, tout cela est surprenant de bonheur et de vigueur. Donc je t’embrasse.

Rassurez-vous du reste, Charles et toi — je ne vais pas me mettre à vous écrire comme cela, en papa très bien, à tous vos articles. Mais je vous envoie d’avance un tas d’applaudissements en blanc.

Je suis ravi de la profession de foi de notre cher Rochefort. Ses chroniques du Rappel ont toutes les qualités robustes et charmantes de la Lanterne. Quoi qu’en disent tous ses envieux, jamais il n’a eu plus de verve et d’éloquence. Il a grandi dans l’exil.

J’espère beaucoup. S’il n’était pas nommé, ce serait une honte pour Paris. Se rappelle-t-il que je lui ai prédit toutes les trahisons qui s’accomplissent en ce moment ? J’ai une telle habitude, depuis quarante ans, d’être trahi ! Dis à Rochefort que je l’aime profondément. Il va te répondre : parbleu ! je le sais bien ! c’est égal, rabâche-le lui.

Maintenant une commission :

Lis la lettre à Barbès que voici, mets-la sous enveloppe, et envoie-la lui tout de suite par la plus prochaine poste. En même temps va trouver M. Lequeux, et dis-lui de ma part d’envoyer immédiatement l’Homme qui Rit à Barbes avec le frontispice que voici, signé de moi.

Je vous serre tous dans mes bras.

V.[2]


À Armand Barbès.


Hauteville-House, 14 mai 1869.
Mon illustre ami,

J’ai été remué jusqu’aux larmes en lisant ce toast « à votre frère ».

Aujourd’hui votre belle et douce lettre à mon fils me rapporte le même attendrissement. Puisque vous lisez les Misérables, veuillez donc me permettre de vous offrir l’Homme qui Rit. Vous le recevrez en même temps que cette lettre.

Si jamais vous éprouviez le désir d’un tête-à-tête, je dis mieux, d’un cœur à cœur, souvenez-vous qu’il y a une chambre pour vous dans ma masure d’exil. Vous avez un frère à Barcelone[3], mais vous en avez un aussi à Guernesey.

Victor Hugo[4].
  1. 89, lendemain de 69. Le Rappel, 13 mai 1869.
  2. Actes et Paroles. Pendant l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.Bibliothèque Nationale.
  3. Il s’agit, non d’un frère, mais d’un neveu d’Armand Barbès, Carlos Barbès, ingénieur à Barcelone.
  4. Communiquée par M. Jeanjean, libraire à Carcassonne. Collection de M. Charles Boudet, arrière-petit-neveu de Barbès. — Insérée dans Actes et Paroles. Pendant l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.