Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/143

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de famille, qui m’a appelé à Bruxelles, m’y retient, et me privera, à mon grand regret, de l’honneur d’assister à la solennité que vous présidez.

Je serai avec vous, quoique absent. La vraie présence, c’est la solidarité.

Où palpite l’âme de la Pologne, le cœur de la France bat.

La proscription grandit ce qu’elle croit abattre. La Pologne a gagné ceci à son martyre, qu’elle est restée une nation et qu’elle est devenue un symbole. La Pologne aujourd’hui représente les nations. Pas un peuple, à cette heure, qui, ainsi que la Pologne, ne soit supplicié. La Grèce est mutilée dans sa nationalité, l’Italie dans sa grandeur, l’Irlande dans sa conscience, la Hongrie dans son indépendance, la France dans sa liberté. Mais l’avenir, c’est la restitution. Aucun peuple n’est dans le sépulcre. La Pologne, demain, sera debout. Nous sommes saignants comme elle, elle est vivante comme nous.

Je m’associe du fond du cœur à votre communion auguste.

Victor Hugo[1].


À Monsieur Polydore Millaud[2].


Bruxelles, 17 août 1868.
Monsieur et ancien ami,

De nos conversations avec M. A. M., votre fils, il résulte ceci :

Immédiatement après la signature du traité spécial pour le livre Tout pour tous[3], entre vous, d’une part, et M. Paul Meurice, et mes deux fils, Charles et François, d’autre part, je me considérerai comme engagé :

1° À vous donner pour le livre Tout pour tous une préface ayant au moins l’étendue de l’introduction de Paris-Guide. Cette préface sera payée par vous à raison de cent francs la page, en prenant pour type et modèle de la page, tant pour la justification que pour le nombre de lignes ou de lettres, l’édition belge princeps (1862) des Misérables en dix volumes. — Moyennant ce prix, payé comptant à la livraison du manuscrit, vous aurez le droit d’imprimer à un nombre illimité d’exemplaires et pour un temps illimité cette préface dans le livre Tout pour tous, sans pouvoir l’imprimer et la vendre à part dans un autre format, l’auteur se réservant la propriété de son œuvre sous tous les autres formats que le format du livre Tout pour tous.

2° Si vous persistiez à souhaiter que je vous donnasse, outre cette préface pour le livre Tout pour tous, la rédaction faite par moi de vingt-quatre mots à

  1. Actes et Paroles. Pendant l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.
  2. Père d’Albert Millaud.
  3. Tout pour tous est resté à l’état de projet.