Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome III.djvu/138

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Envoie toujours. Ils feront ce qu’ils croiront à propos. Je n’ai plus que la place de vous embrasser tous, votre bien-aimée mère en tête.

J’ai envoyé à la Liberté, au Siècle, et au Charivari. — Et aussi à H. Rochefort dont j’aime le grand succès[1].


À Paul Meurice[2].


H.-H., 18 juillet.

Que vous êtes bon de me demander ça[3] ! Je n’osais vous offrir si peu de chose, cette petite page après les puissantes et fortes pages de Césara. (Vous avez reçu, n’est-ce pas ? ma lettre sur votre belle préface, ô chevalier de l’esprit, ô paladin du cœur !) — Nous causerons à Bruxelles, car j’espère bien vous y voir, et vous y avoir[4].


À Monsieur Ch. Dubois de Gennes.


Bruxelles, 24 juillet 1868.

Madame Victor Hugo m’a remis, monsieur, votre lettre si digne et si noble, et vos charmants articles, où vous prouvez combien le cœur a d’esprit[5]. J’ai eu autrefois ce qu’on appelle crédit et puissance, et il paraît que j’ai pu vous être bon à quelque chose. Vous voulez bien vous en souvenir. Je vous en remercie.

D’ordinaire, être absent, c’est être oublié. Votre nom d’ailleurs m’était resté présent à l’esprit, et il était pour moi synonyme de loyauté et d’intelligence.

En vous recommandant à mon cher et regretté ami d’Elchingen, je me faisais caution de votre élévation d’âme et de caractère ; dans le soldat, en vous, je pressentais presque l’écrivain. Je devinais votre noble et vaillant esprit. J’avais raison. Vous le prouvez aujourd’hui.

Je vous serre la main.

Victor Hugo.
  1. Actes et Paroles. Pendant l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.
  2. Inédite.
  3. « Vous seriez bien bon de me renvoyer votre page sur G. Flourens pour moi. Je n’ai pas eu le temps de la copier, pressé par l’heure de l’envoyer à Girardin » (lettre de Paul Meurice, 16 juillet)
  4. Bibliothèque Nationale.
  5. Dubois de Gennes avait envoyé à Mme Victor Hugo ses vers : Sous le Casque, qu’il lui avait dédiés ; il évoquait, dans cette dédicace, le souvenir du duc d’Elchingen à qui Victor Hugo l’avait recommandé... avant l’exil. Les deux lettres sont publiées en tête du volume : Sous le Casque.