Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome I.djvu/645

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Ulric Güttinguer.


À l’Assemblée, 10 juillet 1848.

Cher Ulric, nous sommes hors du combat, mais nous sommes toujours dans le tumulte. Je pense à vous qui êtes au milieu des arbres et des fleurs et je vous écris. Vous voyez les orages de la mer, moi j’en vois d’autres et je vous envie. Prenons courage pourtant. Il est impossible que la civilisation s’écroule, mais il faut que l’humanité s’aide. Dieu sera pour la France, mais il faut que la France soit pour Dieu. Ayons la foi, nous aurons la force. La plaie est saignante et profonde, mais qui peut donc dire au médecin suprême : tu ne la guériras pas.

Quant à moi, j’espère. J’espérais, dans les journées de juin, sous une pluie de balles ; j’espérais, sachant ma famille au pouvoir des insurgés, je comptais sur Dieu, j’avais une ferme foi, pas une balle ne m’a atteint, pas un des miens ne m’a manqué.

Cher poëte, cher penseur, ce n’est pas à vous qu’il faut enseigner la bienveillance, l’amour et la foi. Ce sont vos leçons que je vous renvoie. Oui, les nouveaux doctrinaires du pillage et du vol sont exécrables, mais le peuple est bon. Il y a toujours en lui quelque chose de Dieu.

Oh ! que je voudrais être près de vous, au milieu de la nature, avec ma famille, avec la vôtre ! Hélas ! je tourne ici la meule fatale des révolutions. Je serai peut-être un des premiers qu’elle broiera, mais je veux qu’elle broie un cœur plein de confiance et d’amour.

Je vous serre les deux mains et je vous aime.

V.


À MM. Colfavru et J.-E. Bérard[1]
à la Conciergerie.


Messieurs,

Votre remerciement me touche, mais je n’ai fait que mon devoir. Défendre la liberté, c’est défendre l’ordre et la constitution. Permettez-moi de vous remercier encore en même temps de n’avoir point douté de moi et

  1. Colfavru, avocat, l’un des principaux rédacteurs du journal Le père Duchêne, et J.-E. Bérard, rédacteur du Napoléonien ; ces deux journaux révolutionnaires combattaient avec violence les décisions de l’Assemblée et s’attaquaient surtout aux républicains de fraîche date ; les républico-monarchistes, disait le Père Duchêne ; or Victor Hugo siégeait encore dans les groupes de droite, ne s’étant rallié vraiment à la République qu’en 1849, il le dit lui-même. Mais après son discours sur la liberté de la presse et contre l’arrestation des écrivains, Colfavru et Bérard avaient écrit à Victor Hugo pour le remercier d’avoir défendu leurs droits et plaidé leur cause. — Colfavru fut élu représentant de Saône-et-Loire en 1850, arrêté et proscrit après le coup d’État et rentra en France en 1859.