Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome I.djvu/314

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette année, au lieu de la fleur, la somme que l’Académie me laisse la faculté de choisir en place du prix[1]. S’il y avait quelques démarches ou quelques formalités à remplir à ce sujet, j’ose espérer que vous voudriez bien avoir la complaisance de m’en instruire.


À Monsieur Adolphe Trébuchet, Nantes.
Paris, 20 avril 1820.

Je suis l’exemple d’Abel, mon cher cousin[2], et je commence par supprimer toute cérémonies car j’espère qu’à la parenté, qui excuse toute familiarité, se joindra bientôt entre nous l’amitié, qui l’autorise. En vérité, lorsque je considère que ta lettre, si aimable et si affectueuse, est datée du 14 mars, tandis que cette réponse est écrite le 20 avril, je t’avoue que je suis honteux de ce retard, et la raison que t’en donne mon frère Abel me rassure moins, toute fondée qu’elle est, que ma confiance en ton amitié et dans l’indulgence de ta famille.

Crois, mon cher Adolphe, que nous n’aurions pu résister aussi longtemps au désir de répondre à ta touchante preuve d’attachement, si nous n’avions voulu t’envoyer en même temps, ainsi qu’à notre oncle, l’ouvrage à qui nous la devions. J’y joins, pour ma part, quelques exemplaires d’autres opuscules dont je te prie de faire hommage en mon nom à mon oncle, à ma tante, et à tes aimables sœurs qui ont peut-être déjà oublié leurs cousins de Paris.

Si nous avions pu en douter, ta lettre nous aurait montré, cher Adolphe, que tu es royaliste comme nous. Nous t’en félicitons, et nous regrettons de n’être pas nés bretons comme toi, car nous sommes tous, ici, vendéens par le cœur. On prétend que je suis à peu près de ton âge, je m’en félicite encore : c’est une conformité de plus avec toi.

Adieu, mon cher cousin, je désire que le Conservateur littéraire soit lu avec quelque indulgence par nos bons parents de Nantes, et j’espère que tu ne tarderas pas à nous donner des nouvelles de toute la famille et notamment de notre tante, dont la santé nous inquiète beaucoup. Maman, qui a été

  1. « ... Il vous est loisible de réclamer ou l’amaranthe même ou une somme de 361 fr. 50 ; c’est-à-dire, dans ce dernier cas, les 400 francs que coûte la fleur, moins les 38 fr. 50 qui forment la moitié du prix de la façon et du contrôle. » (Lettre de M. Pinaud, 11 avril 1820.)
  2. Adolphe Trébuchet, neveu de Mme Hugo, née Trébuchet, devint avocat.