Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XII


B. me disait :

Ce qu’on pourrait appeler le service des émeutes se faisait avec une ponctualité et une régularité étranges. Outre les vingt-cinq mille sectionnaires des sociétés secrètes, toujours prêts, toujours armés, toujours debout en quelque sorte à Paris, les villes voisines fournissaient leur contingent. Ainsi, pour le 29 janvier, dix-sept mille hommes descendirent de Rouen, d’Amiens, de Beauvais et de Lille. Ces dix-sept mille hommes étaient encore à Paris le 10 février, attendant on ne sait quelle chance. La caisse des sociétés secrètes les nourrissait et les payait. Cette caisse était alimentée par les cotisations, et aussi par d’autres moyens. Ainsi, dans les premiers jours de février, on donna dans la salle de la rue Martel un concert à cinq sous qui produisit deux mille francs. Il y avait faubourg du Temple une salle où l’on donnait des assauts d’armes au bénéfice de cette caisse. L’entrée coûtait dix sous. Cela faisait peu d’argent, mais l’émeute vivotait.




XIII


Un soir de la fin de février 1849 je sortais de l’Assemblée avec Paul Foucher. Il faisait nuit. Les réverbères étaient allumés place Louis XV. Comme nous passions devant l’obélisque, une voix cria derrière nous : — Foucher ! Foucher !

Et quelqu’un nous rejoignit.

C’était un homme de petite taille, vêtu d’une redingote brune, chevelu, barbu, hérissé, noir. Cet homme prit le bras de Paul.

— Bonsoir, dit-il, vous sortez de la Chambre, moi aussi. Conçoit-on ces animaux ? Ils ont crié : Vive la République ! parce qu’on a voté l’amendement Leroux contre l’adultère. Qu’a de commun la République avec les cocus ? Je ne blague pas, la loi veut qu’on respecte la République, la bible veut qu’on respecte les maris. Mais pourquoi crier Vive la République à propos de cela ? Moi, je suis rouge, mais je ne suis pas bête. Ah ! que tout ce monde-là est farce ! Vrai, on est bête de tous les côtés. Croiriez-vous que le préfet de police, un être qui s’appelle Rébillot, m’a fait venir et m’a dit :

— Vous êtes accusé d’avoir caché le 29 janvier deux cents mobiles dans les bureaux de la Réforme ! — Un préfet de police, un mouchard en chef, qui