Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/266

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Page 158. — Je demandai la grâce de ces malheureux à Louis Bonaparte, alors président de la République.


À LOUIS-BONAPARTE[1]


Cinq têtes vont tomber ! Non ! Point de jours funèbres !
Ne laissez pas sortir l’échafaud des ténèbres.
La guerre dans le sang rallume son brandon.
Prince, des furieux, qu’un noir délire entraîne,
Donnent l’exemple de la haine,
Donnons l’exemple du pardon !

Ne mêlez pas de pleurs à votre aube qui brille.
Faites grâce ! La paix de la clémence est fille.
Prince, quand les États, que Dieu veut éprouver,
Dérivent vers l’abîme et sont près d’y descendre,
La justice peut les défendre,
La clémence sait les sauver.

10 mars 1849.


Les peuples ont là-haut un spectateur austère.
Tandis que nous luttons entre nous sur la terre,
Un grand procès s’instruit dans le ciel irrité.
Les juges d’ici-bas reçoivent ce qu’ils donnent ;
Prince, quand les hommes pardonnent,
Dieu pardonne de son côté.

11 mars.


Page 160. — Il y a en effet une triple attaque contre le cercle que font les prussiens autour de nous, La Roncière à Saint-Denis…


L’amiral de la Roncière Le Nourry, alors commandant de la circonscription de Saint-Denis, écrivit à Victor Hugo cette lettre :


DIVISION DES MARINS

DÉTACHÉS À PARIS.

« Monsieur,

« On vient de joindre à mon commandement des forts de la marine le commandement de la circonscription de Saint-Denis. C’est une position importante qui a l’avantage d’être à 1 200 mètres des avant-postes ennemis.

« S’il vous plaisait de venir aussi près des prussiens, vous seriez le bienvenu à mon quartier-général à Saint-Denis ; je pense qu’ils sauraient respecter le grand poète, et s’abstiendraient pendant votre séjour de toute hostilité.

« Si cette fantaisie vous prenait, veuillez me prévenir la veille pour que je ne m’absente pas. Je serais désolé que vous fissiez le voyage, et que je ne fusse pas là pour vous recevoir.

« Mille respects de votre tout dévoué serviteur,

« De la Roncière Le Nourry.


« Saint-Denis, le 14 novembre 1870, à la sous-préfecture. »


Au coin de la lettre, cette annotation, de la main de Victor Hugo : « Oui. — Je lui ferai savoir le jour. »

  1. Vers joints au dossier intitulé : Les Meurtriers du général Bréa. (Note de l’éditeur.)