Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/345

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


devanture. Les insurgés attaquèrent cette devanture à coups de crosse, mais en vain. Ils l’ébranlaient à peine. Il fallait y renoncer.

En ce moment, un omnibus passe. Les assaillants arrêtent l’omnibus et font descendre les gens qui étaient dedans. — Que vont-ils faire ? disaient les voisins. Les insurgés détellent les chevaux, tournent l’arrière de l’omnibus vers le magasin Lepage, saisissent la voiture par le timon, et quarante hommes à la fois, poussent l’omnibus d’un seul effort contre la devanture. On entend un craquement formidable. Volets et rideau de fer se défoncent, et l’omnibus entre dans la boutique. Un moment après, les deux cents fusils de Lepage étaient aux mains des insurgés. Puis, ils couchèrent l’omnibus en travers dans la rue et en firent une barricade.




Il a été fait à Paris dans la nuit du 24 février 1 574 barricades




En février 1848, il fut employé aux barricades dans Paris quinze milliards cent vingt et un millions deux cent soixante-dix-sept mille pavés et quatre mille treize arbres. (Relevé du colonel du génie Leblanc.)