Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


De ces jeunes mères du château, Mme la duchesse d’Orléans mise à part, Mme de Joinville est la seule qui ne gâte pas ses enfants. Aux Tuileries, on appelle sa petite fille Chiquette, tout le monde, le roi lui-même. Le prince de Joinville appelle sa femme Chicarde depuis le bal des pierrots ; de là, Chiquette. À ce bal des pierrots, le roi disait : — Comme Chicarde s’amuse ! — Le prince de Joinville dansait toutes les danses risquées. Mme de Montpensier et Mme Liadières étaient les seules qui fussent décolletées. — Ce n’est pas de bon goût, disait la reine. — Mais c’est joli, disait le roi.




IX

[FÊTE CHEZ LE DUC DE MONTPENSIER.]


6 juillet

M. de Montpensier a donné cette nuit une fête dans le parc des Minimes, au bois de Vincennes.

C’était beau et charmant. La fête a coûté au prince deux cent mille francs. On avait dressé dans le bois une foule de tentes, empruntées au garde-meuble et au trésor d’armes de France, quelques-unes historiques. Cela seul a coûté dix mille francs. Il y avait la tente de l’empereur du Maroc, prise à la bataille d’Isly, et exposée il y a trois ans aux Tuileries, sur un plancher construit dans le grand bassin ; la tente d’Abd-el-Kader, prise avec la Smala, fort belle, avec des arabesques rouges et jaunes brodées en soie ; une autre tente du bey de Constantine, d’une forme admirablement élégante ; enfin la tente donnée à Napoléon par le sultan Sélim.

Celle-là effaçait toutes les autres. Du dehors c’était une tente ordinaire, remarquable seulement par de petites fenêtres dans la toile, dont le châssis était indiqué avec de la corde ; trois fenêtres de chaque côté. On y entrait, c’était superbe. On était comme dans un immense coffret de brocart d’or ; sur ce brocart des fleurs et mille caprices d’ornement. On regardait de près les cordes des fenêtres, c’était de la plus magnifique passementerie d’or et d’argent. Chaque fenêtre avait sa banne de brocart ; la chemise de la tente était de soie à larges raies rouges et bleues alternées. Si j’avais été Napoléon, j’aurais aimé mettre mon lit de fer dans cette tente d’or et de fleurs, et y dormir la veille de Wagram, d’Iéna et de Friedland.

Ces admirables tentes étaient fort déparées par d’affreux meubles en acajou qu’on y avait assez pauvrement installés.

M. de Montpensier faisait les honneurs avec beaucoup de bonne grâce.