Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment de la sagesse ; ce qui est une autre idée, plus grande, initium sapientiæ.

Au-dessous de la signature de sa mère, le jeune prince écrivit de sa grosse écriture d’enfant de six ans :

— Mon cher Michel, souvenez-vous du petit Paris.

Vers cette époque, le prêtre sicilien Contrafatto s’adressa à la reine pour obtenir sa grâce. La reine écrivit de sa main sur le placer un mot que j’ai vu et que voici : — Envoyer récomandée au garde des sceaux (sic). —

La reine était sicilienne, ces fautes d’orthographe n’avaient rien que de très simple. Dans son placet, écrit en italien, Contrafatto appelait la reine Sire et signait il sacerdote. Il savait que cette qualité était de nature à faire une vive impression sur Marie-Amélie. Il donnait ainsi son adresse : Au bagne de Brest. Il y était détenu sous le n° 17 105.




VIII


1847.

Le comte de Paris est d’un caractère grave et doux ; il apprend bien. Il a de la tendresse naturelle, il est doux à ceux qui souffrent.

Son jeune cousin de Wurtemberg, qui a deux mois de plus que lui, en est jaloux, comme sa mère, la princesse Marie, était jalouse de la mère du comte de Paris. Du vivant de M. le duc d’Orléans, le petit Wurtemberg a été longtemps l’objet des préférences de la reine, et, dans la petite cour des corridors et des chambres à coucher, on flattait la reine par des comparaisons de l’un à l’autre, toujours favorables à Wurtemberg. Aujourd’hui, cette inégalité a cessé. La reine, par un sentiment touchant, inclinait vers le petit Wurtemberg parce qu’il n’avait plus sa mère ; maintenant il n’y a plus de raison pour qu’elle ne se retourne pas vers le comte de Paris, puisqu’il n’a plus son père.

Le petit Michel Ney joue tous les dimanches avec les deux princes. Il a onze ans, il est fils du duc d’Elchingen. L’autre jour, il disait à sa mère : — Wurtemberg est un ambitieux. Quand nous jouons, il veut toujours être le chef. D’abord, il veut toujours qu’on l’appelle Monseigneur. Cela m’est égal de lui dire Monseigneur, mais je ne veux pas qu’il soit le chef. L’autre jour j’avais inventé un jeu, et je lui ai dit : — Non, Monseigneur, vous ne serez pas le chef ! c’est moi qui serai le chef, parce que j’ai inventé le jeu. Ainsi ! Et Chabannes sera mon lieutenant. Vous et M. le comte de Paris, vous serez les soldats. — Paris a bien voulu, mais Wurtemberg s’en est allé. C’est un ambitieux.